Protégez-vous contre le froid

  1. Page d'accueil
  2. Actualité
  3. Protégez-vous contre le froid
Protégez-vous contre le froid

Protégez-vous contre le froid

Les chutes de température peuvent entraîner des problèmes de santé. Si certains sont bien connus comme l'hypothermie ou les engelures, d'autres restent sous-estimés comme l'augmentation du risque cardiovasculaire induit par le froid ou le danger des intoxications au monoxyde de carbone.

Le froid met votre organisme à rude épreuve



Le mercure avoisine le zéro et les chutes de neige menacent de paralyser certaines régions. Attention, ces températures extrêmes peuvent entrainer des risques pour votre organisme. Une attention toute particulière doit être portée aux enfants et aux personnes âgées, deux classes d'âge plus fragiles qui ne se plaignent que rarement du froid. Chaque année des centaines de personnes sont victimes de pathologies provoquées ou aggravées par le froid1. Plusieurs cas de figure sont possibles :


  • Les maladies liées directement au froid comme les engelures (dont certaines dans des cas extrêmes peuvent conduire à des amputations) ou l’hypothermie(diminution de la température du corps en dessous de 35°C) qui peuvent provoquer des lésions graves, voire mortelles.

  • L’aggravation des maladies préexistantes, en particulier de maladies cardiovasculaires et respiratoires (bronchite chronique, asthme...). Le froid, le vent et l'humidité exigent de notre organisme un effort supplémentaire pour maintenir une température corporelle normale. Plusieurs études américaines et européennes ont démontré que les jours les plus froids étaient associés à une mortalité cardiovasculaire plus importante (+ 2% de risque d'infarctus du myocarde pour chaque degré en moins selon une étude britannique)2. Les personnes les plus exposées sont les personnes âgées déjà atteintes de maladie coronarienne3.

  • Des effets indirects, comme le risque accru d’intoxications au monoxyde de carbone dues à des dysfonctionnements d’appareils de chauffage au gaz, au fioul ou au charbon, ou à l’utilisation inappropriée d’un chauffage d’appoint dont l’utilisation de doit pas dépasser 2 heures. Les autorités sanitaires ont diffusé cette année un spot radio de prévention pou prévenir ces risques. La Direction générale de la santé recommande aussi de placer impérativement dehors un groupe électrogène (et non dans la cave ou le garage) et de rester vigilant aux aérations du logement car elles peuvent s’obstruer.



Prendre conseil auprès de son médecin et de son pharmacien peut se révéler utile pour les personnes fragiles et leur entourage, conseillent les autorités sanitaires.

En pratique, comment s’habiller ?



Bien se couvrir est évidemment important.


  • Il est préférable de superposer plusieurs couches, plutôt que de se contenter d'un seul gros pull : la couche d'air entre chaque vêtement joue le rôle d'isolant.

  • Les vêtements serrés qui coupent la circulation sanguine sont à éviter. Les choisir amples, avec une couche extérieure imperméable au vent et à l'eau.

  • Pour préserver les extrémités (mains, pieds) qui refroidissent plus vite, et se prémunir contre les engelures, il faut se munir de gants et de chaussures, de préférence à semelles antidérapantes pour éviter les chutes.

  • Il convient de ne pas oublier de se couvrir la tête (bonnet, cagoule...), partie du corps par laquelle peut se produire jusqu'à 30% de perte de chaleur.

  • Le cache-nez peut compléter la panoplie.




Quelles sont les précautions si l’on suit un traitement médical ?


Certains médicaments contre la tension et l'angine de poitrine peuvent altérer les mécanismes de lutte contre le froid, met en garde l'Agence du médicament.

Des médicaments pour traiter les troubles mentaux, comme les neuroleptiques, peuvent dérégler le mécanisme corporel de régulation de température.

D'autres médicaments peuvent aggraver les effets du froid en altérant la vigilance, et donc les capacités de l'individu à se prémunir du froid.

Mais dans la plupart des cas, un médicament bien utilisé ne représente pas à lui tout seul un risque. La maladie et le grand âge doivent être pris en considération.

Quels sont les personnes plus à risque de complications ?


On risque de supporter encore plus mal le froid lorsqu'on souffre d'une ou plusieurs maladies. Il peut s'agir de troubles cardiaques ou respiratoires (y compris l'asthme), d'hypothyroïdie, de maladies neuropsychiatriques, d'infections respiratoires ou d'un handicap comme une paralysie. Les épidémies hivernales (grippe, gastro-entérite favorisant la déshydratation...) et l'alcoolisation peuvent aggraver la situation.

Les très jeunes enfants (0 à 2 ans) ou les personnes âgées sont vulnérables au froid, les premiers parce qu'ils perdent leur chaleur corporelle plus facilement que les adultes, et les seconds en raison d'un métabolisme ralenti, d'une moindre activité physique, et d'une alimentation ou hydratation insuffisantes.

Conseils de prudence face à la chute des températures


En plus des gestes indispensables liés aux basses températures, de bons réflexes permettent de limiter les risques pour votre santé 1,3 :

  • Tout d'abord, mieux vaut rester le plus possible chez vous à l'abri du froid, non sans avoir prévu de l'eau et des vivres et en chauffant normalement. Si vous devez impérativement sortir, il est impératif de porter plusieurs couches de vêtements afin de former une bonne isolation et d'aider au maximum son corps à maintenir une température normale. Pensez également à vous couvrir la tête (bonnet, chapeau, casquette, foulard...), portez des gants et des chaussures appropriées imperméables et conservant la chaleur.

  • Pour éviter tout risque d'hypothermie ou de gelures, il convient de se couvrir convenablement, notamment au niveau des extrémités, et de se couvrir le nez et la bouche pour respirer moins d'air froid. De plus, de bonnes chaussures permettent d'éviter les chutes.

  • Mieux vaut également ne pas sortir les bébés et les jeunes enfants, même bien protégés. Face à une prévision d'hiver glacial, les personnes les plus vulnérables doivent solliciter les conseils personnalisés et adaptés de leur médecin, en particulier demander à votre médecin s'il convient de vous faire vacciner contre la grippe.

  • Si vous devez utiliser votre véhicule, il est important de vérifier son état de fonctionnement général et de ne pas partir sans avoir écouté la météo et emporté une trousse de secours, des couvertures et une boisson chaude !

  • Essayez de limiter les efforts physiques et évitez de sortir le soir quand il fait encore plus froid. Le froid demande déjà des efforts supplémentaires à notre corps, et notamment à notre coeur qui bat plus vite pour lutter contre le refroidissement.Si vous devez déblayer de la neige, faites le quand elle est fraîche sans attendre qu'elle soit tassée. Arrêtez-vous lorsque vous devez augmenter l'effort et que cela devient "un peu difficile".

  • Evitez de consommer de l'alcool avant de sortir. Malgré les idées reçues, cela ne réchauffe pas et au contraire, l'alcool va dilater les vaisseaux sanguins de la peau, ce qui vous procure une sensation de chaleur, mais en réalité votre corps se refroidit davantage car ces vaisseaux sanguins dilatés facilitent la fuite de chaleur de votre corps. Résultat : l'engourdissement fait disparaitre les signaux d'alerte et on ne pense pas à se protéger.

  • Ne surchauffez pas votre logement mais chauffez normalement en vous assurant de sa bonne ventilation pour éviter tout risque d'intoxication au monoxyde de carbone. En Tunisie, chaque année, environ 3 000 personnes sont victimes d'une intoxication au monoxyde de carbone : 1 000 d'entre elles doivent être hospitalisées, ces accidents pouvant laisser des séquelles à vie ; 100 en décèdent.


Laisser un commentaire